www.vertdeterre.com, une fenêtre ouverte sur la nature à votre porte, le site dédié à l'identification des espèces

Les précipitations

En haute montagne, l'eau se présente sous trois formes : neige, névé et glace. Il ne pleut qu'exceptionnellement !
C'est sous forme solide (neige, grêle, grésil) que se produisent les précipitations au-dessus de 2 700 m d'altitude.
Sur les pentes trop raides, elle glisse en avalanches. Sur les plats et dans les creux, elle s'accumule et se transforme.

La transformation

Les cristaux hexagonaux des flocons de neige fraîche se déposent sur la neige plus ancienne.
En se tassant sous leur propre poids, ils vont lentement se transformer.
Perdant leurs branches, ils deviennent grossièrement sphériques, comme des granules remplis de bulles d'air. En été, en se soudant, les grains forment un névé qui va devenir progressivement plus dense au cours du temps.
Une fois le névé devenu imperméable, on l'appelle glace et les bulles d'air s'y trouvent emprisonnées.

La formation

En haute montagne, des cuvettes entourées de crêtes favorisent l'accumulation de la neige dans une zone appelée zone d'accumulation ou bassin d'alimentation du glacier. Elle s'étend toujours au-dessus de la limite des neiges éternelles, altitude à laquelle la neige persiste toute l'année.

La rimaye : une crevasse séparant deux zones de glacier

Au milieu de l'été, une grande crevasse, la rimaye, apparaît au pied des parois rocheuses qui entourent le bassin d'accumulation. Elle marque la limite entre des pentes raides de glace peu épaisse et bien soudée au rocher parce qu'en dessous de 0°C, et le glacier proprement dit entièrement à 0°C, qui s'écoule plus vite.
Animation sur le mouvement des glaciers
L'animation proposé présente les mouvements d'un glacier sur 10 ans. Elle est basée sur une observation scientifique du laboratoire de Glaciologie et Geophysique de l'Environnement de Grenoble

Des formes accidentées

A cause de la pression qu'elle subit, la glace a une vitesse plus grande au milieu que sur les bords et au fond.
D'autre part, la forme du lit varie. Comme la glace n'est pas assez souple pour supporter ces différences de progression, elle se casse, se fissure.
A cause des irrégularités du fond, des rétrécissements du lit et des ruptures de pente, des crevasses longitudinales et transversales se recoupent morcelant la couche de glace en énormes blocs : les séracs.

La fonte

L'eau de fonte forme de nombreux ruisseaux sur la glace : les bédières.
Pendant les jours les plus chauds, elles peuvent atteindre les dimensions de véritables torrents.
En s'accumulant dans une cuvette, cette eau peut former un lac mais le plus souvent, elle rencontre une crevasse et s'y engouffre en tourbillonnant, constituant ce qui est appelé un moulin. L'eau agrandit les crevasses et rejoint le torrent sous-glaciaire qui circule sous la glace.

L'eau de fonte joue un grand rôle dans le déplacement du glacier, car elle circule entre la glace et le lit.
En été, elle peut arriver à faire flotter le glacier et provoquer ainsi des accélérations importantes.
Même pendant la saison froide, il circule un peu d'eau sous le glacier car la chaleur qui monte du sol (géothermie) fait fondre une épaisseur de glace de 4 à 5 mm par an.